Bienvenue sur le site web des Chercheurs Associés

Notre laboratoire est conçu comme un instrument de démocratisation de la recherche. La co-production est basée à la fois sur l’exigence scientifique, la production de savoirs et la sérendipité. Dans un cadre coopératif, nous accueillons les makers de la recherche.

L’association a pour but le développement et la promotion de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) et en sciences de gestion, par tous moyens adéquats.  

Pour atteindre ce but « Les Chercheurs Associés » s’appliquent notamment :

  1. À regrouper les personnalités scientifiques, les praticiens-chercheurs, les professionnels et personnes qui souhaitent participer à ses travaux et qui sont susceptibles de lui apporter une contribution 
  2. À prendre part à leur formation continue, en les informant et en établissant entre eux des relations scientifiques et techniques
  3. À les aider à accroître leur efficacité, par exemple en développant, à leur profit, tous les contacts utiles
  4. À contribuer à la production des connaissances, à la diffusion et à l’utilisation des apports de la recherche en sciences humaines et sociales et/ou en sciences de gestion 
  5. À promouvoir le progrès des techniques et la constitution du matériel propre à accroître la rigueur des démarches des chercheurs et la manière la plus efficace de présenter leurs résultats
  6. À établir des contacts entre les chercheurs et les autres partenaires sociaux, à favoriser entre eux les échanges sous toutes leurs formes de publication, diffusion d’informations et de documents
  7. À susciter une coordination des recherches ainsi que la création d’équipes, pluri professionnelles, nationales ou internationales de praticiens-chercheurs autour de thèmes communs et susceptibles de faire l’objet de communications lors des réunions scientifiques
  8. À promouvoir une réflexion permanente sur l’évolution des champs de recherche et sur celles des démarches scientifiques
  9. À contribuer à la formation mutuelle de ses membres
  10. À réunir périodiquement des colloques réservés aux membres de l’Association etd’autres types de réunions ouvertes à un plus vaste public

Afin de réaliser cet objet, l’association pourra notamment :

  • Organiser des séances d'études, colloques, congrès, cours, conférences, stages, expositions, tant techniques que de vulgarisation 
  • Établir des rapports, publications, films et tous autres travaux
  • Instituer des groupes régionaux (comités locaux) réunissant les membres d'une même région pour une activité locale
  • Établir et maintenir des relations étroites avec les Associations françaises et étrangères ayant des buts similaires ou connexes
  • Participer à des manifestations nationales ou internationales
  • Et, plus généralement, entreprendre toute action susceptible de concourir à l’objet de l’association ou d’en faciliter la réalisation

 

Adhérer:

Allez directement sur notre site sécurisé: Adhésion 

 

 

Marcel Plenchette Président de l'Association. mp@leschercheurs.org 

Une pratique des objets

Extrait de la communication du 30 octobre 2018 effectuée à Bruxelles dans le cadre du colloque de l'AISLF (Association Internationale des Sociologues de Langue Française).

La recherche collaborative : une pratique des objets

Plenchette, M[1] et al.

 

Le rapport de François Houllier sur « Les sciences participatives en France »,remis en février

2016 sur demande du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche fait le constat d’une évolution importante des rapports que la science entretient avec la société au cours des dernières années. "La science n’est plus le monopole de chercheurs experts mais de plus en plus appelée à être conçue comme un bien commun qui mérite à ce titre d’être gouvernée, mise en œuvre, utilisée par la société civile". Cette conception de la science se développe sous des intitulés divers : sciences citoyennes, sciences participatives, sciences collaboratives,citizen-sciencecommunity-based science, recherche –action, recherche impliquée, recherche participante, participative …

Ce rapport s’est prolongé par la signature d’une charte par les universités et certains organismes de recherche intitulée « Charte des sciences et recherches participatives en France ». Cette dernière détaille les valeurs partagées, les principes déontologiques et d’intégrité scientifique, ainsi que les conditions de réussite de projets de recherche participative.

"La recherche collaborative consiste en un processus de production de connaissances partagées favorisant un espace de participation sociale, mobilisant une diversité d’expertises, relevant souvent de questions sociétales. Cette recherche, fondée sur le dialogue entre chercheurs et parties prenantes, répond à une double ambition, démocratique et cognitive : faire participer des citoyens à la science d’une part, et d’autre part faire émerger de nouveaux savoirs - nouveaux parce que produits autrement, nouveaux parce que problématisés différemment".

 

Cet article cherche à rendre compte d’une démarche de recherche qualitative, engagée de manière collaborative et continue avec plusieurs groupes, répartis sur le territoire français, composés de professionnels de santé (formateurs, cadres de services, directeurs de soins, professionnels soignants) depuis 7 ans.

La démarche utilisée, de type socio-anthropologique (Bouvier, 2000), inspirée de la méthodologie enracinée (Luckerhoff & Guillemette, 2012)est à la fois qualitative (Lejeune, 2014), interdisciplinaire (Hamel, 2010)voire transdisciplinaire(Gras, 2014)et collaborative (Gillet & Tremblay, 2017).

La posture de départ est ouverte de sorte à laisser le plus de place à la co-construction de l’objet et de la méthodologie. L’ensemble des étapes de la démarche est effectué de manière collaborative.

Alors que dans les « recherches partenariales collaboratives » on constate qu’il y a une multitude de pratiques et que l’on pourrait en faire un objet (Gillet & Tremblay, 2017). Nous constatons au contraire que nous avons une multitude d’objets abordée avec une pratique constante.

Bien entendu, notre pratique peut être rassemblée dans l’ensemble des pratiques observées par Anne Gillet et Diane Tremblay et participer à la construction d’un objet de recherche sur un type de recherche qualifiée de « partenariale et collaborative ».

Cinq groupes de praticiens, ayant participé à ce type de démarche, se sont réunis à Paris fin mars 2018 pour partager les développements de chaque groupe de recherche et dégager un deuxième niveau de réflexivité centré sur la démarche engagée.

Notre communication, basée sur le développement de cette réflexion commune, cherche à engager un débat autour d’une mécaniqueen cours de développement.

Publication: 

Plenchette, M. (2020). La pratique de la recherche participative et ses effets transformateurs. Les Politiques Sociales N°1 & 2, pp. 77-89.


[1]Marcel Plenchette Praticien-chercheur en formation des adultes et analyse des activités. Membre du Laboratoire EA7529 FoAP Cnam Paris- Porteur du projet « Groupes Recherche-Participante » mplenc@outlook.fr 

Journées de la recherche participative

Journées de la recherche participative : 

 

Public concerné: Professionels, étudiants, praticiens-chercheurs, chercheurs intéressés par le recherche participative qu'elle soit centrée sur des objets liés à des questions pédagogiques, d'apprentissages professionnels, cliniques ou de management. 

Un appel à communication est diffusé. Si vous souhaitez communiquer et échanger autour de votre projet de recherche, à quelque niveau de développement où il se situe, contactez nous (voir appel à communication ci-dessous). 

Vous pouvez également venir participer aux échanges, vous êtes bienvenue.

Inscriptions: 

400€ (net de taxes) par personne pour les deux jours.  Tarif étudiant: gratuit.

Adhérents: voir avec le bureau : mplenc@outlook.fr 

S'inscrire auprès de l'IPRA qui organise et gère ces journées. voir Les journées de la Recherche Participative

 

 

Éléments pour situer ces journées:

Le rapport de François Houllier sur « Les sciences participatives en France »,remis en février 2016 sur demande du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche fait le constat d’une évolution importante des rapports que la science entretient avec la société au cours des dernières années. « La science n’est plus le monopole de chercheurs experts mais de plus en plus appelée à être conçue comme un bien commun qui mérite à ce titre d’être gouvernée, mise en œuvre, utilisée par la société civile ». Cette conception de la science se développe sous des intitulés divers : sciences citoyennes, sciences participatives, sciences collaboratives, citizen-sciencecommunity-based science, recherche –action, recherche impliquée, recherche participante, participative … Ce rapport s’est prolongé par la signature d’une charte par les universités et certains organismes de recherche intitulée « Charte des sciences et recherches participatives en France ». Cette dernière détaille les valeurs partagées, les principes déontologiques et d’intégrité scientifique, ainsi que les conditions de réussite de projets de recherche participative.

« La recherche collaborative consiste en un processus de production de connaissances partagées favorisant un espace de participation sociale, mobilisant une diversité d’expertises, relevant souvent de questions sociétales. Cette recherche, fondée sur le dialogue entre chercheurs et parties prenantes, répond à une double ambition, démocratique et cognitive : faire participer des citoyens à la science d’une part, et d’autre part faire émerger de nouveaux savoirs - nouveaux parce que produits autrement, nouveaux parce que problématisés différemment ».

Plusieurs groupes de recherche, sous l’impulsion de l’IPRA, se sont engagés dans des démarches participatives depuis plus de 10 ans. Ces groupes, composés de professionnels de santé (formateurs, cadres de services, directeurs de soins, professionnels soignants), répartis sur le territoire français, travaillent de manière collaborative et continue.

Ces projets de recherche, même s’ils sont déjà bien engagés pour certains d’entre eux, méritent d’être communiqués et proposés à des prolongements et approfondissements.

Que ce soit d’un point de vue méthodologique, conceptuel ou de leur déploiement.

Finalités pédagogiques 

Chacun participe activement à la réflexion autour de chaque projet de recherche. Nous souhaitons que chaque projet présenté puisse être soumis aux regards croisés et génère un élargissement du niveau de participation.  La visée première est une mise en œuvre effective de la participation par la participation. La visée seconde consiste à participer à l’évolution des pratiques de recherche de chacun.

Intervenants 

Marcel Plenchette Praticien chercheur en formation des adultes et organisation apprenante. Membre du FoAP (Formation et Apprentissages Professionnels) CNAM Paris EA 7529. Directeur de l’IPRA.

Cinq groupes de recherche représentés par un ou plusieurs membres de chaque groupe.

Seront également sollicités des intervenants souhaitant à la fois communiquer autour d’un projet de recherche participative en cours ou finalisé et prolonger ce projet en élargissant le niveau de participation.  

 

Modalités

Notre approche est de nature participative, réflexive et non prescriptive. Elle s’inscrit dans une approche vivante de la recherche (living lab.).  Les journées de la recherche participative sont programmées fin 2022. 

Elles s’articulent autour de communications en grands groupes et d’ateliers en petits groupes (workshop). Ces échanges seront ensuite regroupés sous la forme d’actes qui seront diffusés par le site « Les Chercheurs Associés » (www.leschercheurs.org).

L’appel à communication et le programme détaillé des journées sera communiqué sur les sites des Chercheurs Associés et de l’IPRA. 

Programme

1ejour :

Accueil et introduction

La première journée est découpée en 4 ou 5 séquences, selon le nombre de projets qui seront présentés. Chaque séquence correspond à une présentation de 25’ par les membres d’un groupe recherche suivi de 20’ d’échanges et 15’ de pause.

2ejour :

Matinée : Travail en atelier : 

Chaque atelier travaille sur un des projets qui a été présenté pour l’approfondir, le compléter et le prolonger. Le groupe atelier rédige les grandes lignes de la suite donnée au projet de recherche pour en faire un retour à l’ensemble des participants au colloque. 

Après-midi : mise en commun

Chaque groupe communique sur les prolongements de son projet. Poursuite des échanges autour des projets en cours et de nouveaux projets de recherche.

Préparation des actes du colloques : choix de la forme à donner la communication des actes : ouvrage collectif, articles et diffusion.

 

Frais d’inscription 

400€ (net de taxes) par personne pour les deux jours.  Tarif étudiant: gratuit.

S'inscrire auprès de l'IPRA qui organise et gère ces journées. voir Les journées de la Recherche Participative

 

Appel à communication

Cet appel s’adresse aux groupes de recherche participative qui souhaitent faire connaître leur projet, le soumettre aux regards croisés et bienveillants des participants aux journées de la recherche participative et le développer par l’exploration de nouvelles pistes.

Les communicants potentiels peuvent soumettre leur proposition par écrit, au format Word ou PDF, avant le 04 octobre 2022, à l’adresse suivante : mplenc@outlook.fr 

Chaque communication se fera en trois temps : 

1/ Le 1ejour : 25’ pour exposer le projet de recherche par un ou plusieurs membres du groupe recherche suivi de 20’ d’échanges.

2/ 2ejour : Matinée : Travail en atelier :  Chaque atelier travaille sur le projet qui a été présenté pour l’approfondir, le compléter et le prolonger. Le groupe atelier rédige les grandes lignes de la suite donnée au projet de recherche pour en faire un retour à l’ensemble des participants au colloque. 

3/ 2ejour : Après-midi : mise en commun : Chaque groupe communique sur les prolongements de son projet et prépare les actes du colloque.